Les lignes imaginaires

border

«Imagine there’s no country
It isn’t hard to do
Nothing to live or die for
And no religion too.»

John Lennon – « Imagine »

Beaucoup de choses que la plupart des gens considèrent comme très importantes relèvent en réalité de constructions abstraites et imaginaires. Ces constructions peuvent parfois nous emprisonner. On nous fait croire à tort qu’elles existent pour nous protéger alors que c’est tout le contraire. C’est le cas de ces lignes imaginaires qui nous divisent et que nous appelons «frontières».

Pourquoi existent-elles au juste? Elles existent en réalité pour délimiter la zone de contrôle de votre gouvernement dans l’espace. C’est ce qui détermine les ressources que votre gouvernement peut exploiter et l’une de ces ressources, c’est vous. Oui, vous! Vous croyez peut-être que ces lignes sont là pour vous protéger, mais elles sont plutôt là pour vous restreindre. Puisque vous êtes nés à l’intérieur de ces lignes, ou que vous êtes né ailleurs, mais que vous avez choisi d’y vivre. Le gouvernement se donne le droit de vous taxer. Bien souvent même si vous sortez de ces lignes pendant des mois ou des années. Ils vous font croire que vous payez pour le privilège de vivre entre ces lignes parce qu’à l’intérieur d’autres lignes imaginaires, ce n’est pas aussi rose et ça peut être vrai jusqu’à un certain point. Mais ces «privilèges» sont loin d’être garantis et règle générale, n’égalent pas ce que vous payez pour.

Les gens croient que ces lignes leur sont bénéfiques parce que leur gouvernement les protègent des hordes de barbares au-delà et des autres bêtes de somme moins dociles à l’intérieur, qu’il leur fournit des soins de santé gratuits, une éducation gratuite (suffisamment pour qu’ils puissent s’acquitter de tâches simples, mais pas assez pour qu’ils réfléchissent par eux-mêmes) mais ces tâches, les gardiens de zoo ou de cirque les font pour leurs bêtes. Ce n’est que pour qu’ils puissent continuer à faire tourner des ballons sur leur nez, pas nécessairement pour leur bien-être. Un fermier va bien protéger ses poules des renards et ses vaches, ses chèvres ou ses moutons des loups. Il va veiller à ce que ses bêtes soient gardées en bonne santé, pas par attachement émotionnel, mais parce qu’il compte en tirer profit avec leurs oeufs, leur laine, leur lait ou leur viande. Les lignes imaginaires peuvent facilement alors être perçues comme des enclos ou des cages.

D’ailleurs, franchir ces lignes n’est pas toujours chose aisée. Dans bien des cas, vous devez subir des fouilles et des obstacles et toutes sortes d’autres inconvénients. Dans d’autres cas, vous pouvez bien y laisser votre peau car les murs qu’il construisent sur ces lignes peuvent servir autant à garder les gens à l’intérieur qu’à l’extérieur, selon l’humeur de vos maîtres et gardiens. La position de ces lignes est d’ailleurs fréquemment disputée entre les différents gardiens de zoo. Malheureusement, lorsqu’ils se chamaillent, ils ne sont que trop heureux d’envoyer leur bétail se battre à leur place, pour le bien du bétail, bien sûr.

Ils n’oublieront pas de vous enseigner d’être fiers de votre zoo ou de votre ferme. De vous rappeler combien la vie est plus belle et que l’herbe y est toujours plus verte que le zoo d’à côté. Ils vous enseigneront à être fiers des accomplissements qui ne sont pas les vôtres, juste parce qu’ils ont été réalisés par des animaux du même zoo, et aussi à haïr d’autres que vous ne connaissez pas, simplement parce qu’ils vivent dans un autre zoo. Parce qu’ils ne faudrait surtout pas qu’ils vous contaminent.

En 2012 seulement, il s’est dépensé plus de $1 700 milliards à l’échelle mondiale, juste en dépenses militaires pour «défendre» nos lignes imaginaires. Imaginez ce qu’on a pu gaspiller comme ressources depuis les 100 dernières années. Vous ne trouvez pas qu’on pourrait trouver mieux à faire avec autant d’argent? Sans compter toutes les pertes humaines subies? Beaucoup se soucient que la consommation effrénée épuise les ressources de la planète sans pourtant se soucier du fait que le plus grand gaspillage de ressources provient de nos gouvernements et de leur bombes et leur machines de guerre. Vous voulez me faire croire que tout ça est pour notre bien et notre sécurité?? Vraiment??? Quand vous regardez se développer la situation en Syrie et en Ukraine, ça vous réconforte de savoir que certains des gens impliquées ont le doigt sur le bouton d’un arsenal qui peut réduire la planète en cendres plus de 20 fois. Et vous êtes inquiets pour les changements climatiques? De la petite bière comparativement au pouvoir destructif qu’une autre guerre mondiale lâcherait sur nous! Peut-être que si nous cessions de nous préoccuper de lignes imaginaires, nous pourrions mieux nous préoccuper de nous à la place?

«You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope someday you’ll join us
And the world will live as one»

Soyez sympa, partagez!

Une réflexion au sujet de « Les lignes imaginaires »

  1. Imagine there’s no countries
    It isn’t hard to do
    Nothing to kill or die for
    And no religion too

    Excellent point que celui développé au dernier paragraphe. Tout ce gâchis commis par nos « dirigeants », alors que les humains ne désirent que vivre bien tranquillement avec leur famille et leurs amis, loin de toute cette destruction.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils